Sexage du poussin

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestPrint this pageEmail this to someone

Le sexage du poussin permet de connaître le sexe d’un poussin dès ses premières heures de vie. Si les éleveurs professionnels peuvent en tirer rapidement un avantage économique, vous aimeriez sans doute aussi savoir combien de poules pondeuses pourraient enrichir votre élevage. Pour certaines races ou croisements, les techniques sont à votre portée.

Sommaire de la page

Le sexage d’un oeuf?

Puis-je connaître le sexe du futur poussin dès que l’un oeuf a été pondu? Et la réponse est malheureusement: non, en tout cas pas facilement.

Vous croiserez peut être quelque personne capable de vous prédire le sexe en regardant à travers l’oeuf ou en fonction de sa forme. A la vérité, cela ne repose sur aucune base solide. Vous pensez bien que les professionnels de l’élevage avicole auraient déjà utilisé la technique, si elle existait.

La seule technique qui existe pour connaître le sexe avant l’éclosion est de piquer dans l’oeuf avec une aiguille, de prendre une petite quantité du contenu de l’oeuf et d’y doser les hormones oestrogènes des poussins femelles. Vous n’avez pas de laboratoire chez vous? Moi non plus. Voyons la technique suivante.

Le sexage par le cloaque

Les Japonais ont mis au point une méthode de sexage basée sur l’examen du cloaque des poussins. Cette méthode a été documentée par les professeurs Masui et Hashimoto en 1933 dans Sexing Baby Chicks. Depuis lors, les sexeurs japonais ou formés à l’école japonaise exercent leur art partout dans le monde. Les meilleurs sexent de 3000 à 5000 poussins/jour. Le record est de 11000 poussins en un jour!

Il faut savoir que chez les oiseaux, les organes sexuels sont internes. En ouvrant légèrement le cloaque, il est possible d’observer les différences entre mâle et femelle. Il existe 60 configurations internes différentes regroupées en 9 catégories (6 catégories différentes chez le mâle et 3 chez la femelle). C’est la raison pour laquelle, la technique ne fonctionne bien qu’après un long apprentissage: il faut plusieurs mois de formation pour espérer être un bon sexeur. Alors si vous n’avez, comme moi, que quelques (dizaines de) poussins par an, il y a peu de chance de devenir très performant avec cette technique.

La méthode consiste à:

  • faire sortir les fèces du poussin, ce qui permet d’ouvrir un peu leur rectum
  • appuyer sur le poussin pour inverser le cloaque. Mal faite, cette manipulation peut provoquer l’éclattement de vaisseaux sanguins et donc blesser, voire handicaper, le poussin.
  • examiner attentivement la présense ou non d’une petite bosse, la configuration des rangées de plis autour et le rapporter à l’une des configurations standards de Masui et Hashimoto.

A l’intérieur du cloaque, si le sexeur y voit une petite bosse, il s’agit d’un mâle. Sinon, il s’agit d’une femelle.

Facilement dit, mais difficilement fait! Car certaines femelles (jusqu’à 40%) ont quand même une petite bosse, mais plus petite que chez le mâle. C’est particulièrement fréquent chez la Leghorn blanche.

Il faut une bonne vue ou une bonne loupe: la petite bosse du mâle varie de 0,35 à 1 mm de diamètre et celle de la femelle, si présente, de 0,2 à 0,4 mm.

Vu la taille du petit poussin, cette technique n’est pas recommandée chez les races naines. Le risque de blesser le poussin est réel.

La technique fonctionne mieux avec des poussins en pleine forme: leurs organes sont mieux développés.
Comme il est encore faible après l’éclosion, il vaut mieux attendre une demi journée avant de sexer selon cette technique.

Les avantages de la technique de sexage par le cloaque:

  • elle convient à toutes les races non naines
  • le taux d’erreur est faible quand réalisé par un sexeur bien formé
  • la mortalité des jeunes poussins a fortement diminué dès que la technique a été utilisée à grande échelle
  • les qualités de pondeuse ou de chair ont fortement augmenté dès que les poussins sexés ont pû être élevés séparément

Les désavantages de cette même technique sont:

  • Même pour les races plus grandes, la technique mal utilisée peut blesser le poussin, parfois même sérieusement.
  • l’apprentissage est difficile et long
  • le prix du poussin d’un jour a doublé mais l’éleveur a obtenu des pondeuses et des poulets de chair de meilleure qualité à moindre coût

Le sexage par les plumes

Cette méthode de sexage n’est possible que pour des races et lignées où le marquage sexuel des plumes est apparent dès l’éclosion. Pour les autres races ou lignées, il faut utiliser une autre méthode.
Elle est liée à une particularité génétique: l’emplumage est retardé chez certaines races ou certaines lignées.
Ceci est assez fréquent parmi les races suivantes:

  • Araucana
  • Brahma
  • Cochin
  • Cornish
  • Marans
  • Orpington
  • Plymouth Rock
  • Rhode Island Red
  • Wyandotte
  • pour certains croisements entre souches en volaille de Bresse: notamment les lots de poulardes et de chapons (merci Valentine pour l’information)

Si vous l’avez appliquée à d’autres races, n’hésitez pas à l’indiquer dans un commentaire ci-dessous.

Le sexage des poussins par les ailes peut se faire quelques heures à peine après l’éclosion. Au bout des ailes, on peut observer 2 rangées de plumes: les rémiges primaires et les plumes de couverture primaires.

Chez le mâle, l’extrémité des 2 rangées de plumes se terminent au même niveau.

Sexage d'un coq: aile d'un poussin mâle

Chez la femelle, l’extrémité des rémiges primaires se termine plus loin que l’extrémité des plumes de couverture primaires.

Sexage d'une poule: aile d'un poussin femelle

Aile d'une femelle poule

Les avantages de cette méthode:

  • il ne faut pas suivre une formation très longue pour pouvoir l’utiliser
  • le coût du sexage est donc plus réduit
  • le sexage par les plumes est plus rapide que le sexage par le cloaque
  • les risques de blessure pour le poussin sont très faibles

Les inconvénients de cette méthode:

  • la technique ne fontionne que pour certaines races ou lignées
  • obtenir des reproducteurs ayant le bon patrimoine génétique n’est pas à la portée d’un éleveleur amateur

Les méthodes alternatives

Les éleveurs japonais ont aussi noté quelques indices supplémentaires pour les aider dans le sexage:

  • les poussins qui semblent musclés, solides et plus fermes au toucher sont plutôt des mâles. Les femelles sont souvent plus fines, plus légères et moins fermes.
  • les mâles sont souvent plus grands, avec des pattes plus longues et ont un corps plus large
  • l’éperon des poussins mâles est généralement plus grand que celui des femelles
  • s’il y a un grand espace vide de part et d’autre de la crête et à sa base, il s’agit probablement d’un mâle
  • les poussins mâles ont une crête avec des dentelures profondes et des pointes plus saillantes
  • la plupart des mâles ont un bec plus court et plus épais
  • les poussins mâles ont souvent des yeux qui semblent plus grands
  • les mâles ont une voix grave et douce. Celle des femelles est nette et claire.

Ces indices peuvent être recherché sur des poussins de 1 à 2 semaines. Bien que relevant pour certains du jeu de devinette, la technique a vraiment été utilisée au Japon au début du XXe siècle.

Si les poussins sont plus âgés, les coquelets apparaîtront plus développés, avec un corps et un cou plus larges. Ils sont plus actifs, la voix est profonde, la crête est plus rose et plus brillante.

Exemples avec la crête

La petite crête d'un poussin mâle
Le mâle et sa mini-crête
Tête d'un poussin femelle
La femelle n’a pas de mini-crête

Quand ce qui précède n’a pas fonctionné

Si les autres méthodes ne peuvent être appliquées, il reste à attendre 4 à 6 semaines que les caractères sexuels secondaires se développent. Pour certaines races, comme la Wyandotte et l’Orpington, il faudra même attendre 10 à 12 semaines.
Il devient alors possible à chacun de sexer ses volailles.