Le renard

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestPrint this pageEmail this to someone

Un renard roux

Le renard est un prédateur redouté dans la basse-cour. A la campagne ou même en ville, il peut y occasionner d’importants dégats.

Pour mieux s’en défendre, autant mieux le connaître.

Sommaire de la page

Comment protéger nos volailles du renard?

Voici une liste non exhaustive de moyens de disuation et de protection habituels:

  • enterrer la clôture sur une profondeur de 20 cm
  • installer une clôture de 2m de haut
  • doubler la clôture dans la partie basse au cas où le renard veut arracher le grillage
  • la clôture a la partie supérieure légèrement repliée vers l’extérieur (pour empêcher le renard de passer par dessus quand il y grimpe)
  • électrifier la clôture
  • enfermer les animaux tous les soirs dans un abri qui ferme bien. Si vous n’avez pas la possibilité d’être présent au lever et au coucher du soleil, vous pouvez installer des portes à ouverture et fermeture automatiques
  • chasser ou piéger: vérifier d’abord la législation en vigueur chez vous avant de persévérer dans cette voie.

D’autres solutions plus originales peuvent être testées ou mises en place:

  • installer un éclairage prolongé
  • installer un éclairage clignotant; il est possible que le renard s’y habitue tout de même après un certain temps
  • installer une radio dans le poulailler: le bruit éloignerait le renard
  • faire surveiller le poulailler par un chien: le renard évite le chien mais il peut aussi le contourner ou patienter jusqu’à ce que le chien s’éloigne
  • de l’urine d’un homme adulte autour du poulailler éloignerait le renard
  • le lama serait un bon gardien et défenseur des poules

Vous connaissez d’autres moyens de protéger vos animaux du renard? Partagez-les avec nous via les commentaires ci-dessous.

Présentation

Le renard est un mammifère au pelage roux avec le ventre, la poitrine et la gorge plus blancs. Son museau est pointu, ses oreilles droites et sa queue longue et touffue.

Par rapport à un chien de même taille, le renard est beaucoup plus léger: maximum 14 kg avec une moyenne de 7kg. La femelle est un peu plus petite et légère que le mâle.

Il n’est pas facile de distinguer le mâle de la femelle. Toutefois en période d’allaitement, les mamelles peuvent être apparentes. Les canines de la femelle sont plus longues que celles du mâle.

Le renard roux est l’un des mammifères les plus répandus de l’hémisphère nord: Amérique, Europe, Asie et nord de l’Afrique. Il a aussi été introduit en Australie.
C’est un omnivore à prédominance carnivore. Il est surtout très opportuniste et s’adapte facilement aux conditions qu’il rencontre.

Alimentation

Le renard mange habituellement de 300 à 600 g de nourriture par jour. La femelle peut consommer jusqu’à 700 g en période de gestation et de lactation. Et les renardeaux en fin de croissance peuvent manger jusqu’à 900 g par jour. Comme son estomac est de faible capacité, il doit manger plusieurs fois par jour. Il passe dès lors environ 1/3 de son temps à chasser.
Un renard se pourlèche les babines

  • rongeurs: campagnols (agreste, des champs, terrestre), rats, souris, mulots, surmulots, gerbilles, hamsters, marmottes
  • lapins de garenne, lapins de Floride, levrauts, moins le lièvre adulte qui est trop rapide pour lui
  • écureuils
  • porcs-épics, hérissons
  • ratons laveur
  • opossums
  • mort, maladie, immobilisation dans la neige, jeunes individus de: agneaux, cervidés, ongulés, animaux domestiques (en particulier chats de moins de 6 mois), kangourous, wallabies
  • délivrances de vaches
  • insectes: coléoptères, sauterelles, vers de terre, chenilles, papillons
  • mammifères marins, poissons, échinodermes échoués
  • lézards et reptiles
  • grenouilles et autres batraciens
  • oiseaux: poules, faisans, perdrix, cailles, tétras, passereaux, gibier d’eau, pipit, oeufs et oisillons des oiseaux côtiers,…
  • poissons: truites
  • végétaux, graines, champignons, tubercules, céréales
  • fruits sauvages (mûres, myrtilles, framboises, cerises, kakis, pommes, prunes, raisins, glands, cynorrhodons, sorbier des oiseleurs, églantier, airelles, aubépine,…)
  • déchets ménagers en ville

Technique de chasse

Avant le lever du jour et tard le soir, le renard part à la chasse en solitaire.

Pour attraper les rongeurs, il pratique le mulotage: il s’approche sans bruit, bondit rapidement et tue d’un coup de dent au niveau de la nuque. Si l’animal ne se décide pas à sortir, il peut aussi creuser dans le sol pour l’attraper; c’est notamment la technique utilisée pour attraper les lapereaux.

Pour attraper un lapin, il pratique la chasse à l’affût: il s’en approche lentement et s’arrête si le lapin interrompt son activité. Dès qu’il est suffisamment prêt, il lance sa course pour attraper et tuer sa proie d’une morsure à la nuque. Il dépèce sa proie avant de la manger.

Il attrape les oiseaux quand ils sont au sol. Rusé, il peut faire le mort pour en attraper un plus facilement. L’oiseau sera déplumé avant d’être mangé.
Au printemps, les oiseaux qui nichent au sol sont des proies faciles pour lui. Il s’en prendra notamment aux canes et aux perdrix.
Après les éclosions, le renard peut s’en prendre aux jeunes tout juste éclos. Ce sont alors des proies très faciles.

Il chasse le lombric dans les prairies, juste après une pluie et les insectes dans les prairies de hautes herbes.

Bon pêcheur, il peut capturer des poissons en eaux peu profondes.

Il mange des fruits tombés au sol ou accessibles sur des branches basses.

Tard le soir et dans la nuit, il peut s’attaquer à des charognes, notamment des animaux accidentés au bord des routes.

Et évidemment, il s’en prend aussi aux animaux d’élevage quand l’enclos est mal fermé. Il peut aussi creuser le sol pour passer sous une porte ou un grillage. Les proies sont faciles à attraper d’autant qu’elles ne savent pas s’échapper.

Le renard peut jouer avec sa proie, comme le chat joue avec une souris. Il peut aussi tuer sans avoir faim.

Comme il est prévoyant, il peut aussi enterrer ses proies et des oeufs dans diverses cachettes sur son territoire: la proie est enterrée dans un trou de 10 cm de profondeur et recouverte de terre, feuilles et branchages. Il retrouve les cachettes grâce à sa mémoire et à l’odeur qu’il a laissée sur place.

Le renard, un sportif à la chasse

Pour attraper sa proie, le renard est capable de prouesses physiques:

  • creuser le sol pour passer sous une clôture ou une porte
  • sauter par dessus des clôtures de 2m de haut
  • ramper sur de courtes distances
  • se faufiler dans des passages étroits
  • mordre et arracher des fils de clôture, surtout aux endroits où la clôture est ancienne ou abimée

Voici d’ailleurs la vidéo d’un renard qui passe sous la clôture d’un poulailler (Documentaire BBC en anglais)

Prédateurs du renard

  • l’homme
  • l’ours

Les prédateurs suivants visent surtout les renardeaux:

  • le loup
  • le coyote
  • le dingo
  • le lynx
  • le puma
  • l’aigle royal
  • le hibou grand duc

Plus rarement:

  • le blaireau: les 2 peuvent aussi s’ignorer
  • le renard adulte

En ville aussi:

  • le chien: un chien de garde tient le renard éloigné. Un chien non agressif et un renard peuvent, par contre, se tolérer.
  • le chat: souvent les 2 s’ignorent. Mais contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, le chat peut aussi pousser le renard à la fuite (Harris et Baker, 2001)

Comportement social

S’il y a peu à manger, le renard est plutôt solitaire, sauf en période de reproduction.

Quand la nourriture est plus abondante, il vit en couple toute l’année.

Quand la nourriture est très abondante, il peut vivre en groupe de max. 7 individus. Le groupe contient alors des femelles de l’année précédente qui aident à élever les jeunes mais ne se reproduisent pas.

Abri

Le terrier sert de refuge à la renarde au moment où elle a des jeunes. Le renard réutilise habituellement le terrier d’un blaireau ou de lapins de garenne qu’il aménage à sa taille. Il peut même parfois cohabiter avec ces animaux, mais chacun garde « ses appartements ». Un tel terrier comporte plusieurs pièces:

  • la maire: poste d’observation proche de l’entrée du terrier
  • la fosse: réserve pour les aliments qui comporte au moins 2 sorties
  • le donjon ou accul: pièce d’habitation

Si le renard creuse lui-même son terrier, il est beaucoup plus simple: il n’y a qu’une seule pièce d’habitation.

En dehors de la période de reproduction, le renard trouve abri dans divers endroits:

  • dans les fourrés ou les ronces
  • sous un tas de bois
  • sous un mur d’un bâtiment isolé
  • au milieu d’une prairie
  • sur un talus
  • dans un parc, un jardin (en ville)
  • sous un ébouli ou un rocher
  • dans un arbre creux
  • dans une canalisation désaffectée

L’abri est situé sur le territoire du renard. La surface du territoire dépend de la région, du type d’habitat et de la quantité d’aliments disponibles. Quand il se déplace sur son territoire, le renard suit certains « chemins » appelés coulées: entre le terrier principal et les terriers secondaires, vers le point d’eau ou les zones de repos. Il passe tellement régulièrement par ces coulées que le sol en devient fortement marqué.

Les frontières du territoire sont marquées par de l’urine et des défécations. Ces dernières sont longues de 6 à 10 cm et sont pointues à une extrémité. La couleur et la consistance sont variables. On peut y trouver des poils, des plumes, des élytres de coléoptères ou des pépins de fruits.

Rythme de vie

On pense souvent que le renard est un animal nocturne.
En fait, il recherche le calme et la tranquilité qu’il trouve plus facilement la nuit.
Si son territoire habituel est très calme, le renard être diurne et chasser le jour.
Par contre, la ville est trop perturbée pour lui. Le renard de ville chasse donc toujours la nuit.

Le rythme de vie change aussi selon les saisons:

  • en été, le renard peut chasser le jour et/ou la nuit car il doit nourrir ses jeunes
  • en automne, il est nocturne à 70% environ. Il est très actif à l’aube
  • en hiver, il est actif la nuit, surtout au lever et au coucher du soleil

Reproduction

Le renard atteint sa maturité sexuelle vers 10 mois.

Entre mi-janvier et mi-février, des couples se forment.
Le mâle cherche, rejoint et suit la femelle. Pendant les 3 jours où elle est féconde, ils copulent régulièrement, à la manière des chiens.
Si la femelle s’est accouplée avec plusieurs mâles, elle en garde un et rejette tous les autres.

Le couple va chercher un terrier ou agrandir celui d’un autre animal (blaireau, lapin de garenne ou marmotte). Le terrier comporte souvent plusieurs entrées et est généralement placé près d’un point d’eau. Le renard n’installe aucune litière dans le terrier.
Entre mars et mai, après 51 à 53 jours de gestation, les renardeaux naissent. Ils sont gris-noir et ont les yeux fermés. La portée comporte entre 3 et 6 renardeaux (de 1 à 12 pour les situations exceptionnelles).

Pendant 2 semaines, la femelle reste dans le terrier et le mâle apporte de la nourriture à l’entrée du terrier. Ensuite, elle reprend la chasse, sans trop s’éloigner. Les quantités nécessaires pour nourrir toute la famille sont importantes. C’est le moment où vos animaux risquent le plus d’en être victime.
Les renardeaux sont allaités pendant 3 semaines. Puis ils commencent à manger de la nourriture régurgitée par la mère. Les renardeaux commencent à sortir à partir de la 4e semaine. Le sevrage intervient entre la 6e et la 9e semaine.

Renardeaux

Les renardeaux commencent à chasser par eux-mêmes au cours de l’été. Encore peu expérimentés, ils chassent aussi en journée.

A l’automne, les mâles puis les femelles quittent leurs parents. On estime que seul 20% des renardeaux atteignent l’âge de 1 an.

Les sens

Son ouïe est très fine et perçoit des sons (entre 700 et 3000 Hz) que l’homme ne perçoit pas. C’est très utile pour trouver les rongeurs.

Son odorat est aussi très performant. Il lui permet d’orienter le mouvement de capture.

Le renard a une bonne vision. Il perçoit surtout le mouvement (jusqu’à 400 m) et voit très bien de près. Il perçoit mal un animal immobile et la couleur orange. Il voit bien la nuit: ses yeux sont brillants la nuit sous les phares d’une voiture.

Le toucher est notamment pris en charge par les vibrisses. Celles situées sur le côté du museau peuvent mesurer jusqu’à 11cm. Il y en a d’autres sous le menton. Elles aident le renard à se déplacer dans le terrier notamment.

Le renard dispose d’un bon sens de l’orientation.

Traces laissées par le renard

Empreintes

Les empreintes laissées par le renard au sol sont espacées de:

  • 30 cm quand il marche
  • 45 à 60 cm quand il trotte (la patte postérieure se place au même endroit que la patte antérieure)
  • 1,5 à 3 m quand il court

Empreinte de patte de renard

L’empreinte de la patte avant mesure 4 à 5 cm de long et de 3 à 4 cm de large.
L’empreinte est plus arrondie que celle du chien. Les 2 griffes centrales sont très proches.
Quand l’empreinte est laissée dans la boue, on peut voir les traces des poils entre les coussinets.
Les marques des griffes sont visibles. Les griffes des doigts médians sont tournées l’une vers l’autre.

Empreinte de renard avec des lignes imaginaires

On peut tracer une ligne imaginaire entre les coussinets centraux et les extérieurs. Chez le chien, la ligne traverserait les coussinets centraux.
De même, on peut bien isoler des diagonales.

Dents

Renard avec la gueule grande ouverte

Les canines peuvent laisser des traces sur les grosses carcasses.
Les canines supérieures sont distantes de 3 cm. Les canines inférieures sont distantes de 2,6 cm.

Autres traces

Le renard ne laisse parfois que quelques plumes comme trace de son passage.
Le renard enterre certaines proies, parfois assez mal, pour revenir les manger plus tard.

Sources

  • Dupérat Maurice, Le renard, Ed. Artémis, 2009, 64 p.
  • Grolleau Gérard, Recueillir et soigner les petits animaux sauvages, Ed. Delachaux et Niestlé, 2003, 224 p.
  • Le Gall André, Artois Marc, Le renard, Ed. Hatier, 1988, 188 p.
  • Meia Jean-Steve, Le renard, Ed. Delachaux et Niestlé, 2011, 180 p.
  • Aas Gregor, Duquet Marc, Garnweidner Edmund, Hofmann Helga, Kremer Bruno K., Nicolai Jürgen, Ruckstuhl Thomas, Que trouve-t-on à la campagne?, Ed. Nathan, 2001, 240 p.