Poulailler

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestPrint this pageEmail this to someone

Le poulailler est l’endroit où les poules viennent pour pondre, dormir, s’abriter des intempéries. Il doit être conçu pour offrir tout le confort aux poules et être facile à entretenir. C’est le secret pour une bonne production d’oeufs et une chair tendre.

Sommaire de la page

Pour l’achat ou la construction d’un poulailler, on tiendra compte des éléments suivants:

  • l’espace
  • la ventilation: une bonne aération sans courant d’air
  • la lumière
  • la température: ni trop chaud en été, ni trop froid en hiver
  • la protection vis-à-vis du climat et des prédateurs

Quelle superficie faut-il prévoir? Certains recommandent 1 m2 par poule s’il n’y a pas d’accès à un parcours extérieur. On peut diminuer cette superficie par 2 si les poules ont accès à l’extérieur. Les volailles naines demandent moins d’espace que les grandes races. Les poulets de chair ont besoin d’autant d’espace que les grandes races.

La ventilation est un critère à ne pas négliger. Le poulailler doit en effet rester sec et aéré sans que les animaux ne subissent de courants d’air. Ceci permet de s’assurer un bon renouvellement de l’air et éviter l’accumulation des odeurs de fientes.

La lumière sera assurée par une fenêtre ou, à défaut, par de l’éclairage artificiel. S’ils manquent de lumière, les animaux deviennent léthargiques, inactifs, improductifs et ont du mal à trouver leur nourriture. En élevage intensif, les poussins d’un jour vivent sous une lumière intense 24h/24 pendant leur 1ère semaine. La lumière accélère la maturité sexuelle pour les poulettes en croissance. Tandis que pour les poules adultes, la lumière augmente la production d’oeufs.

Quelle orientation faut-il choisir? L’ouverture du poulailler sera dirigée à l’opposé des vents froids et des pluies. On peut aussi placer un auvent car les poules cherchent à s’abriter par temps pluvieux.

Pour les matériaux, on peut utiliser le bois, la brique ou le parpaing. Le sol sera idéalement betonné et couvert ensuite d’une litière de paille. Il est préférable de ne pas utiliser de tôle pour la toiture car elle isole mal de la chaleur en été et du froid en hiver. Des gouttières permettent de récupérer l’eau de pluie pour les abreuvoirs à bon compte.

Les perchoirs

De sa vie sauvage, la poule conserve l’instinct de percher pour se préserver des prédateurs pendant la nuit.

A quelle hauteur?

Pour des races naines, les perchoirs peuvent être placés assez haut: 60 du sol. Pour des variétés à très longue queue, le perchoir peut être placé plus haut encore.
Par contre, comme les races lourdes volent peu et mal, il vaut mieux placer les perchoirs plus bas: 30 . A défaut, les poules risquent de choisir les nids pour y dormir.

Quelle dimension?

Le perchoir pourra être une simple latte en bois de 2 à 5 cm de large et de 5 à 8 cm de haut, selon la taille des volailles qui y habiteront. Le baton sera grand assez pour que les serres n’en fassent pas le tour. Au final, la poule doit percher à son aise et en équilibre.
Il vaut mieux retirer l’écorce (pour des raisons d’hygiène et de lutte contre les parasites).
Les bords et les angles seront arrondis pour éviter les blessures. Le bois sera au moins raboté pour éviter que les poules ne soient blessées par des échardes.

Il est préférable de ne pas utiliser un fin bâton rond: les poules vont l’enserrer fermement et risquent ainsi de se blesser.

En longueur, chaque poule occupera entre 20 et 30 cm du perchoir. Si les lattes font plus de 1,80 , il faudra étayer régulièrement sur la longueur pour soutenir le poids des volailles.

Plusieurs lattes peuvent être placées parallèlement les unes aux autres. La 1ère latte sera placée à 20-25 cm du mur. Entre 2 rangées de lattes, on prévoiera entre 30 et 40 cm.

A env. 20 cm sous les perchoirs, il est utile de placer un plateau à déjections, amovible et facile à nettoyer. Le plateau s’étendra jusqu’à 30 cm du dernier perchoir (celui le plus éloigné du mur). Idéalement, le plateau sera placé à maximum 75 cm du sol.

Les perchoirs seront tous placés à la même hauteur afin d’éviter la compétition entre individus.

Certains utilisent l’espace laissé libre sous le plateau à déjection pour y placer les pondoirs ou nids collectifs.

Quelle fixation?

Plutôt que de les fixer définitivement, il peut être intéressant de déposer les perchoirs dans des encoches ou des rainures accrochées au mur. Comme les perchoirs seront détachables, cela facilitera les opérations de nettoyage ou permet d’utiliser temporairement le poulailler comme poussinière.

Les pondoirs

Les pondoirs seront placés dans un coin tranquille et peu éclairé. Un pondoir peut suffire à 4 ou 5 poules.

Plusieurs modèles peuvent être envisagés:

  • une simple boîte carrée d’une trentaine de 30 cm de côté, bien remplie de paille ou de foin pour le confort de la poule. La litière sera maintenue aussi propre que possible afin de récolter des oeufs non souillés.
  • un pondoir plastique ou galvanisé comportant un fond incliné. Dans ce cas, l’oeuf roule sur le fond incliné et peut être récupéré dans un tiroir. Ceci permet de mettre les oeufs à l’abri des poules et des souillures. Le tiroir de récupération peut s’ouvrir à l’avant ou à l’arrière, selon la configuration choisie. Ce système a l’avantage de pouvoir être facilement nettoyé et désinfecté.
  • un nid à trappe: lorsque la poule pénètre dans le nid, une porte se referme derrière elle. Ceci permet d’identifier à coup sur quelle poule a pondu quel oeuf. Ceci est surtout utilisé par les éleveurs qui font de la sélection et souhaite pouvoir élaborer un pédigrée de leurs bêtes.

Un pondoir convient pour 3 ou 4 poules. Un nid collectif de 1 m2 peut être utilisé par une quarantaine de poules.

On peut y placer quelques faux oeufs afin d’inciter les poules à aller y pondre.

Il arrive que des poules nouvellement arrivées veuillent se percher la nuit sur les pondoirs. C’est un comportement à décourager: n’hésitez pas à déplacer les poules le soir. Cela permettra d’éviter que les nids soient souillés et les oeufs pondus le lendemain aussi.

Le bac à poussière

On peut aussi placer un bac à poussière à l’intérieur où les poules aimeront venir s’ébrouer. Elles se débarassent ainsi de la vermine de leur plumage.

Une caisse carée d’environ 50 cm de côté convient parfaitement. On la remplit:

  • de sable
  • de sable fin et de centre traitée avec un peu d’insecticide

Et l’élevage industriel ?

L’élevage des poules pondeuses a été réglementé, notamment au niveau de l’espace vital des poules de batterie. En Europe, la directive 1999/74/CE du Conseil impose que les cages aménagées offrent une surface minimale de 750cm2 par animal, soit 13,33 poules/m2. Pour stimuler la ponte, les industriels jouent sur l’éclairage artificiel dont la durée quotidienne est progressivement augmentée pour atteindre jusqu’à 16h/jour en période de ponte.


22/03/2015   Elevage de la poule 3

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestPrint this pageEmail this to someone


3 commentaires à propos de «Poulailler»

  1. Après avoir mes 4 poules décimées par une fouine, je me suis finalement décidé à  »sauver » 6 poules d’un élevage en batterie. Les 2000 poules restantes étaient destinées à l’abattoir suite à la faillite de l’exploitant. Yl y a eu une chaine de solidarité pour en sauver un maximum.Elle sont dans un sale états, déplumées, peureuses, ne sortant pas du poulailler. L’une d’elles à une patte pissant du sang et toutes ont des ongles trop longs. Je les couperai avec une pince pour ongle de chat. Pouvez vous m’indiquer ce qu »il faut faire pour les retaper au mieux avant l’arrivée de l’hiver. Je ne connais pas la race, mais elles sont blanches avec une crête un peu rougeatre tombant sur le côté.

  2. J’ai adopté en juin dernier (bientôt 6 mois), 5 poules de batterie venant d’un élevage de l’Ain…Elles étaient dans un triste état. Déplumées, boitantes, peureuses, les ongles longs, elles ne savaient pas se percher! et ne touchaient pas à la salade. Les 1ers jours je leur ai donné à manger des grains et à boire en faisant le moins de gestes possibles pour ne pas les effrayer. Ce sauvetage ayant eu lieu en urgence , le poulailler définitif n’était pas prêt, elles étaient donc dans une sorte de petite courette avec au fond un abri paillé. La plus mal en point allait se refugier dedans très souvent et j’ai même pensé qu’elle allait mourir. J’ai installé un perchoir bas à environ 20 cm du sol. Pendant une semaine je me suis contenté de les observer, leur parlant doucement et en tenant mon chien à l’écart. Elles ont pris des bains de soleil pour la 1 ere fois de leur vie , certaines se sont perchées! une semaine plus tard le poulailler était prêt, déplacement en cartons dans leur nouveau logement. C’est un poulailler avec rampe d’accés à la partie nuit et pondoirs, le reste grillagé. Je les ai mises sur le sol de la partie grillagée et porte fermée sur l’extérieur, pendant environ 1/2 h ensuite j’ai ouvert la porte sur leur espace de parcours en liberté.. elles ont levé la tête car il y avait des arbres, pour la 1ère fois. Le soir j’ai fait rentrer tous le monde dans le poulailler et fermeture. Les jours suivants ma priorité a été de leur couper les ongles et de leur pulvériser sous le plumage une solution anti poux spéciale volailles. Je leur donne le soir une pâté avec pains rassit trempé et essoré à laquelle je rajoute de la farine spéciale pondeuse et des pâtes précuites pour chiens, souvent je rajoute 1 ou 2 louches de soupe de légumes faite pour elles! Au début elles n’en voulaient pas, maintenant elles dévorent ma tambouille. Sur leur parcours elles ont découvert l’herbe et le reste. Malgré leur état, elles ont toujours pondus régulièrement, dans le pondoir et le soir elles vont se coucher comme des grandes. Début octobre j’ai rajouté des vitamines spéciales volailles dans la pâté et quelques gouttes d’un recalcifiant dans l ‘eau de boisson. Depuis, elles ont fait connaissance avec le chien derriere le grillage. Elles ont repris confiance donc pas de peur. Dans leur parcours j’ai mis un vieux banc en bois, je m’assois et elles sautent à tour de rôle à côté de moi et repartent. Aujourd’hui elles sont en pleine forme, plus de boiteries qui semblaient pourtant graves elles sont replumées et remplumées et vivent une vraie vie de poules. Jai lu votre message seulement maintenant et c’est dommage. j’espère que la plaie de votre poule, à la patte, s’est cicatrisée. Mon expérience personnelle avec ces poules sorties de l’enfer me fait dire qu’il faut surtout au début leur donner une alimentation de qualité et en quantité, beaucoup de verdure sauvage, des coquilles d’huitres broyées et quelques vitamines. Depuis qu’il fait plus froid, le matin en plus des grains, je leur donne environ un bol de riz, pas trop cuit (brisures pour chiens) tiède. Elles adorent. Bon courage à vous et bonne chance aux poulettes.

    1. Merci Joëlle pour tous ces détails: cela en aidera certainement plus d’un. Elles ont eu bien de la chance de se faire sauver et dorloter ainsi.
      Cela donnera sans doute du courage à tous ceux qui souhaitent aussi sauver des poules de batterie: le jeu en vaut vraiment la chandelle.
      Tenez-nous au courant de leur évolution.
      A bientôt
      Domi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*