Paramètres de l’incubation

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestPrint this pageEmail this to someone

Quels paramères de l’incubation faut-il surveiller pour obtenir de bons résultats. Examinons-en quelques uns, sur base d’une compilation d’articles scientifiques.

Sommaire de la page

Les reproducteurs

L’âge des reproducteurs

Si les reproducteurs sont d’âge moyen, la durée d’incubation est plus courte.

Si les reproducteurs sont âgés, le taux d’éclosion diminue. Les reproducteurs plus âgés donnent aussi des oeufs plus gros.

Si les reproducteurs sont plus jeunes, le taux de fertilité est plus élevé.

La santé des reproducteurs

La mauvaise santé et la mauvaise nutrition des reproducteurs influence négativement les taux de fertilité et d’éclosion.

Veillez donc à ce que les reproducteurs aient une alimentation suffisante en quantité et en qualité. Si nécessaire, ajoutez des compléments vitaminés. Une étude a montré que l’ajout de vitamines a permis de passer de 20% d’éclosion des oeufs fertiles à 68% d’éclosions d’oeufs de calopsitte.

N’oubliez pas un apport suffisant en calcium pour obtenir des oeufs avec une excellente qualité de coquille.

La génétique

Le patrimoine génétique influence également la durée de l’incubation. Au sein d’une même race, certaines lignées ont des durées d’incubation un peu plus longues, d’autres un peu plus courtes.

La consanguinité diminue aussi la fertilité des reproducteurs et fait baisser de manière significative le taux d’éclosion.

La durée de l’incubation

Si les reproducteurs sont d’âge moyen, la durée d’incubation est plus courte.

De même, si la durée d’incubation augmente:

  • le taux d’éclosion diminue aussi
  • la qualité des poussins diminue: ils sont moins forts ou en moins bonne santé

La taille des oeufs

Les reproducteurs plus âgés donnent des oeufs plus gros.

Plus les oeufs sont gros, plus l’éclosion est tardive. Les poussins issus d’oeufs plus gros sont en moins bonne forme que ceux issus d’oeufs petits ou moyens.

Le taux d’éclosion est maximal avec des oeufs de taille moyenne. Les gros et les petits oeufs ont un taux d’éclosion plus faible.

Les oeufs plus petits perdent plus de poids (en pourcentage) que les oeufs moyens; ces derniers perdent moins que les oeufs les plus gros. Ceci peut s’expliquer par le fait que les petits oeufs ont un rapport surface/volume plus grand: ils perdent donc proportionnellement plus d’eau.

L’humidité dans l’incubateur

Au cours de son développement, l’embryon d’oiseau va perdre de la vapeur d’eau (humidité) au travers des pores de la coquille de l’oeuf. La quantité d’eau perdue dépend de plusieurs facteurs:

  • l’espèce animale
  • le nombre de pores dans la coquille
  • la structure des pores
  • l’épaisseur de la coquille
  • le taux d’humidité à l’extérieur de la coquille.

La perte d’eau commence dans l’instant où l’oeuf est pondu. Elle se poursuit pendant l’incubation jusqu’au moment où l’oisillon perce la chambre à air.

Entre le moment où l’oeuf est pondu et l’éclosion, l’oeuf perd donc du poids. Cette perte peut s’exprimer sous la forme d’un pourcentage du poids de l’oeuf au moment de la ponte.

Ce pourcentage est spécifique de l’espèce incubée. Par exemple, l’oeuf de poule perd environ 13% de son poids en cours d’incubation. Pour les palmipèdes, ce sera plutôt aux alentours des 14%. En général, la perte de poids avoisine les 16% du poids initial de l’oeuf (pesé juste après la ponte).

Certains recommandent de suivre l’évolution de la taille de la chambre à air de l’oeuf afin d’évaluer la perte de poids. Cette technique manque de précision et conduit parfois à écarter un oeuf que l’on croit vieux et non-fécondé, à tort. En effet, l’embryon peut être en train de s’y développer en poussant sur la membrane délimitant la chambre à air. La chambre à air était donc en fait plus petite que ce que laissait présager le mirage. L’oeuf avait été écarté erronnément et l’oisillon était perdu. Des scientifiques, ainsi induits en erreur, se sont alors tournés vers une méthode différente: le suivi du poids de l’oeuf.

Le principe consiste à calculer le poids que devrait théoriquement perdre l’oeuf puis à le comparer avec la perte de poids réelle. En cas d’écart trop important, l’humidité en cours est corrigée en cours d’incubation.

Perte de poids théorique

Perte de poids totale théorique

La perte de poids totale est assez simple à calculer:

Perte_poids_totale_théorique = Poids_initial x Pourcentage_de_perte
Exemple

Pour un oeuf de poule:

  • Poids initial de l’oeuf juste après la ponte: 80 g
  • Pourcentage de perte de poids pour les poules: 13%

Perte de poids totale théorique = 80 x 13 / 100 = 10,4 g

Perte de poids journalière théorique

Il suffit de tenir compte de la durée d’incubation:

Perte_poids_journalière_théorique = Perte_poids_totale_théorique / nombre_jours_incubation
Exemple

Continuons l’exemple de l’oeuf de poule présenté précédemment:

  • Perte de poids totale théorique = 10,4 g
  • Durée de l’incubation = 21 jours

Perte de poids journalière théorique = 10,4 / 21 = 0,50 g/jour

Graphique

Sachant que l’oeuf pesait 80 g au moment de la ponte et qu’il perdra 10,4 g en cours d’incubation, on peut tracer un graphique de la perte de poids en fonction du temps.

Perte de poids théorique en cours d'incubation

Astuce à propos du poids initial

Avez-vous remarqué une subtilité dans les explications précédentes?

Le poids initial correspond au poids de l’oeuf dès qu’il a été pondu. Combien d’entre nous ont-ils la chance de peser un oeuf tout fraîchement pondu? C’est assez rare, il faut bien en convenir.

Rassurez-vous, tout ceci n’a pas été vain. Des scientifiques ont déterminé la formule qui permet de calculer le poids initial d’un oeuf à l’aide de ses dimensions.

Calcul du poids initial

Hoyt (1979) a montré qu’il était possible de calculer le poids d’un oeuf au moment de la ponte sur base de ses dimensions extérieures et d’un coefficient propre à l’espèce animale.

Note: il existe d’autres méthodes et formules pour ce faire, mais celle proposée par Hoyt est la plus facile à mettre en oeuvre pour un éleveur amateur.

Poids_initial = kw x l x d2
où:
    kw : coefficient propre à l'espèce
    l : longueur de l'oeuf (en mm)
    d : diamètre maximal de l'oeuf (en mm)

Le coefficient Kw

Hoyt a déterminé expérimentalement la valeur du coefficient pour 26 espèces. D’autres scientifiques l’ont déterminée pour d’autres espèces. Vous en trouverez certaines dans le tableau suivant. A défaut d’y trouver l’espèce qui vous intéresse, vous pouvez toujours utiliser, comme certains scientifiques, la moyenne des Kw de Hoyt, soit 0.548.

Nom français Nom latin Nom anglais Kw
ara hyacinthe Anodorhynchus hyacinthinus Hyacinth macaw 0.546
autruche d’Afrique Struthio camelus Ostrich 0.597
Cacatuidae Cockatoo 0.554
canard amazonette Amazonetta brasiliensis Brazilian teal 0.552
canard branchu Aix sponsa wood duck 0.562
canard colvert Anas platyrhynchos Mallard 0.560
émeu d’Australie Dromaius novaehollandiae Emu 0.564
faisan de Colchide Phasianus colchicus mongalias Common pheasant 0.546
faisan de Lady Amherst Chrysolophus amherstiae Lady Amherst’s pheasant 0.548
faisan doré Chrysolophus pictus Golden pheasant 0.539
faisan scintillant Syrmaticus s. soemmerringii Copper pheasant 0.539
garrot à oeil d’or Bucephala clangula Common goldeneye 0.561
lophophore resplendissant Lophophorus impejanus Himalayan monal 0.546
nandou Rhea Rhea 0.57
nandou de Darwin Pteroicnemia pennata terapacensis Darwin’s rhea 0.566
oie des moissons Anser fabalis Bean goose 0.567
paon spicifère Pavo muticus Green peafowl 0.552
pintade de Numidie Numida m. meleagris Helmeted guineafowl 0.565

Mesure des longueurs et diamètres

Les longueurs et diamètres peuvent être mesurés à l’aide d’un pied à coulisses, qu’il soit électronique ou non.

Perte de poids réelle

Dans ce qui précède, nous venons de voir le poids que l’oeuf doit théoriquement perdre. En suivant la perte de poids réelle par des pesées régulières, on peut ajuster au mieux l’humidité dans la couveuse.

Pour peser les oeufs, il faut disposer d’une balance suffisamment précise par rapport à la pesée à effectuer. Entre un oeuf de canari et un oeuf d’autruche, la différence est de « taille »… et donc de poids. Pour un gros oeuf, une balance de cuisine pourrait convenir. Vérifier tout de même la précision de votre balance: certaines mesurent au gramme près, d’autres à 20g près. Pour des oeufs moyens ou petits, il serait préférable d’utiliser une petite balance de précision. On en trouve à prix raisonnable sur le web: elles pèsent jusqu’à 0,1g près. S’il s’agit de peser des oeufs de 15 à 30 g (cacatoès ou ara par exemple) devant subir une perte de poids moyenne de 15%, il faudra arriver à peser des différences de poids aussi petites que 0,06 à 0,19 g/jour. Il faudra alors disposer d’une balance électronique ayant une précision de +/- 0,01 g. Si l’on se contente de pesées hebdomadaires, une balance ayant une précision de 0,1 g pourrait suffire.

Faut-il peser un oeuf à la fois? Tout dépend de l’oeuf et du nombre d’oeufs en incubation. Il sera assez facile et rapide de peser un seul oeuf d’autruche de manière régulière. Ce le sera sans doute moins de le faire pour une centaine d’oeufs de caille. A moins de peser toutes les alvéoles à oeufs avec les oeufs dedans. Il suffit de soustraire le poids des alvéoles vides (qu’il ne faut pas oublier de peser avant le début de l’incubation) et on obtient le poids des oeufs. Veillez à disposer d’une balance suffisamment précise et suffisamment grande pour pouvoir accueillir un plateau d’alvéoles. Sinon, il faudra sélectionner quelques oeufs, toujours les mêmes, qui seront pesés régulièrement et serviront de témoins pour l’ensemble de l’incubation.

Perte de poids journalière réelle

Perte_poids_journalière_réelle = (Poids_initial - Poids_au_jour_J) / nombre_jours_jusqu'au_jour_J
Exemple

Continuons l’exemple de l’oeuf de poule présenté précédemment:

  • Poids initial = 80 g
  • Poids réel au 6e jour = 77,9 g
  • Nombre de jour = 6 jours

Perte de poids journalière réelle = (80-77,9) / 6 = 2,1 / 6 = 0,35 g/jour

Alors que l’oeuf devrait perdre 0,5 g/jour, il n’en a perdu que 0,35 g/jour. Il faudrait qu’il perde du poids plus rapidement. Pour ce faire, il faut diminuer l’humidité dans l’incubateur.

Inversément, si l’oeuf avait perdu du poids trop rapidement, l’augmentation de l’humidité dans l’incubateur aurait ralenti sa perte de poids.

Graphique

Les pesées peuvent être reportées sur le graphique de perte de poids théorique. Ceci permet de bien mettre en évidence les écarts par rapport à la perte de poids théorique et de constater que les mesures correctrices permettent effectivement de remédier au problème.

Perte de poids en cours d'incubation

Astuce à propos de l’éclosion

Entre le moment où l’oisillon a brêché et le moment où il parvient à sortir de l’oeuf, il s’écoule encore plusieurs heures/jours pendant lesquels la perte de poids continue.

Burnham a estimé la perte de poids en cours d’éclosion à 2,2% du poids initial. On peut utiliser cette valeur pour estimer approximativement la perte de poids en cours d’éclosion pour les oiseaux nidifuges. Il faudra l’ajouter à la perte de poids en cours d’incubation pour connaître la perte de poids totale.

On peut toutefois remarquer que la plupart des études scientifiques relatives aux pertes de poids en cours d’incubation ne publient des données que pour la période d’incubation et omettent la période d’éclosion.

Le temps passé dans l’éclosoir

Si l’on garde les poussins trop longtemps dans l’éclosoir, ils vont accuser un retard de croissance. Certains ont noté que leur poids resterait inférieur à la normale pendant au moins 49 jours.