Le coq et le renard – Jean de la Fontaine

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestPrint this pageEmail this to someone

Sur la branche d’un arbre estoit en sentinelle
Un vieux Coq adroit & matois(1).
Frere, dit un Renard adoucissant sa voix,
Nous ne sommes plus en querelle:
Paix generale à cette fois.
Je viens te l’annoncer; descends que je t’embrasse.
Ne me retarde point de grace:
Je dois faire aujourd’huy vingt postes(2) sans manquer.
Les tiens & toy pouvez vaquer
Sans nulle crainte à vos affaires;
Nous vous y servirons en freres.
Faites-en les feux(3) dés ce soir.
Et cependant vien recevoir
Le baiser d’amour fraternelle(4).
Ami, reprit le Coq, je ne pouvois jamais
Apprendre une plus douce & meilleure nouvelle,
Que celle
De cette paix.
Et ce m’est(5) une double joye
De la tenir de toy. Je voy deux Levriers,
Qui, je m’assure(6), sont couriers,
Que pour ce sujet on envoye.
Ils vont viste, & feront dans un moment à nous.
Je descends; nous pourrrons nous entrebaiser(7) tous.
Adieu, dit le Renard, ma traite(8) est longue à faire.
Nous nous réjouïrons du succés de l’affaire
Une autre fois. Le galand(9) aussi tost
Tire ses gregues(10), gagne au haut(11),
Mal-content de son stratagême(12);
Et nostre vieux Coq en soy-mesme(13)
Se mit à rire de sa peur:
Car c’est double plaisir de tromper le trompeur.

Jean de la Fontaine
Livre II, fable 15

Notes

Cette fable est imitée d’Esope.
(1) matois: rusé
(2) Postes: dans ce sens, le mot poste désigne l’espace que parcourent les chevaux de poste d’un relai à un autre; chaque poste est de 2 ou 3 lieues.
(3) Feux de joie: dans les réjouissances publiques on allumait autrefois des feux sur les places, ou dans la campagne.
(4) Amour, au singulier, est masculin en prose; il est souvent employé au féminin en poésie, surtout au XVIIe siècle.
(5) Ce m’est: c’est pour moi…
(6) Je m’assure. Locution aujourd’hui vieillie; j’en suis certain.
(7) Entre-baiser: la préposition entre a servi à former un grand nombre de verbes qui expriment la réciprocité et donnent de la brièveté à la phrase: s’entr’aimer, s’entr’aider, s’entre-déchirer, etc.
(8) Traite: distance que l’on parcourt sans s’arrêter
(9) Galant: rusé
(10) Grègues: sorte de pantalon ou haut-de-chausses qui était de mode au XVIIe siècle. Tirer ses grègues, locution familière, prendre sa course, s’enfuir.
(11) Gagne au haut: se sauve sur les hauteurs
(12) Stratagème: proprement ruse de guerre
(13) En soi-même: en lui-même semblerait plus régulier

Sources

  • La Fontaine, Jean de, Fables choisies. [Partie 1], mises en vers par M. de La Fontaine et par lui-même revues, corrigées et augmentées…, Ed. D. Thierry et C. Barbin (Paris), 1678
  • La Fontaine, Jean de, Fables choisies / La Fontaine ; précédées d’une vie de l’auteur, nouvelle édition contenant des notes historiques, géographiques, mythologiques et grammaticales, par M. Arth. Caron,…, Ed. E. Belin (Paris), 1864, 332 p.