Choisir un incubateur

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestPrint this pageEmail this to someone

Vous n’avez pas encore d’incubateur et souhaitez en acquérir un. A quoi faut-il songer avant l’achat?

Sommaire de la page

Le nombre d’oeufs

Comptez-vous faire incuber 2 ou 3 oeufs pour le plaisir ou quelques dizaines pour un petit élevage familial ou carrément des milliers comme les professionnels?

Ne sous-estimez pas trop le nombre: la passion et les besoins aidant, vous risquez bien d’en faire incuber chaque année davantage.

Néanmoins, il est préférable de ne pas faire incuber des oeufs d’espèces différentes en même temps dans un très grand incubateur. Préférez plutôt plusieurs couveuses plus petites car chaque espèce a des besoins en température, hygrométrie, refroidissement, durée d’incubation,… différents.

Il faudra aussi tenir compte de l’équipement de l’incubateur en fonction du nombre d’oeufs. Par exemples, vous ne pourrez probablement pas incuber dix mille oeufs sans envisager l’acquisition d’un système de retournement automatique des oeufs.

Un dernier conseil: Visez un nombre d’oeufs en fonction de vos possibilités d’hébergement des animaux par la suite. Songez notament que vous aurez besoins d’enclos différents pour héberger des animaux d’espèces et d’ages différents, car leur nourriture variera en fonction de ces critères. Des enclos supplémentaires seront aussi à prévoir suivant l’usage des animaux tels que poulet de chair, reproducteurs ou pondeuses, car là aussi la nourriture sera différente.

Le calibre des oeufs

Entre un oeuf de caille et un oeuf d’autruche, il y a une fameuse différence. Si vous comptez faire incuber des oeufs d’une autre espèce que la poule, assurez-vous que l’incubateur acceptera un autre calibre, qu’il soit plus grand ou plus petit.

Ceci se réalise souvent avec des plateaux alvéolés ou des grilles de tailles différentes. Certaines couveuses sont munies de languettes à placer à l’écartement souhaité.

L’espèce incubée

Certaines espèces de volatiles ont des besoins très spécifiques lors de l’incubation: température, hygrométrie, ventilation. D’autres sont très fragiles ou très sensibles. D’autres encore sont très rares (comprenez très chères): un incubateur de grande qualité est donc à privilégier.

Les oeufs de poules et de cailles sont faciles à incuber.

Les œufs des palmipèdes ont besoin d’une humidité importante: les incubateurs statiques auront tendance à donner de meilleurs résultats qu’un incubateur ventilé bon marché.

Les oeufs de certains gibiers tolèrent mal une ventilation au moment de l’éclosion. Il est alors recommandé de choisir un incubateur statique ou un incubateur ventilé spacieux où vous pourrez disposer une petite cloison entre le ventilateur et les oeufs.

Les œufs de perroquets sont très sensibles: privilégiez une couveuse avec un thermostat et un réglage de l’humidité ultra-précis.

L’équipement

L’équipement de l’incubateur sera toujours un équilibre entre votre budget et des besoins en fonction des différentes espèces à incuber.

Avec ou sans hygromètre, thermomètre à mercure ou électronique, avec ou sans retournement automatique. Au delà du budget disponible, c’est aussi une question de qualité de fabrication qui assurera ou non de bons résultats d’incubation.

Le climat

Les incubateurs ventilés ont une tendance à la surchauffe dans les pays chauds. Préférez leur un incubateur statique dans ce cas précis.


28/02/2015   Incubation 1

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestPrint this pageEmail this to someone


Un commentaire à propos de «Choisir un incubateur»

  1. Bonjour.
    J’ai récupéré chez un voisin des oeufs de poule fécondés
    J’en ai placé 2 dans un tupperware entre ouvert sur le radiateur, en ayant pris soin de mettre une serviette pliée dessous les oeufs et un sopalin humide dedans.
    Régulièrement je remouillais le sopalin et retournais les oeufs.
    En les mirant, seul 1 s’est avéré fécondé et se développe.
    Ayant du m’absenter du 14e au 18e j j’avais ôté l’oeuf non fécondé et mis un coquetier rempli d’eau dans le Tupperware.
    A mon retour, l’oeuf est tjs là mais les T°extérieures ayant bien baissé (sans avoir éteint le rédiateur pdt mon absence) je trouve que l’oeuf ne semble pas avoir bcp évolué.

    Ma question est: quelqu’un a t’il déjà réalisé des couvaisons de ce types et pour quel résultat?
    Sachant que je suis bien consciente de la précarité du l’installation et du caractère aléatoire du résultat..je tentais l’expérience pour ma fille car je la trouvais enrichissante.
    Le manque de retournement pdt mon absence et la petite baisse des T° peut il avoir un impact fatal sur l’éclosion. ?
    Merci de vos réponses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*